Bien nommer les choses

Au cours de mon expérience de maman aidant à faire les devoirs ( quand mes enfants étaient encore scolarisés) et de celle de parent-instructeur j’ai tiré la conclusion qu’il était très important d’être précis quand on explique une notion .

Les termes que nous emploierons auront  un impact  et des conséquences sur l’enfant.  Je vais vous parler le l’apprentissage des « accents » , au travers des expériences de mes 3 enfants , qui ont tous un parcours différents .

 

Miss C ( 6ème), à été scolarisé en jusqu’en cm1 . Les accents lui ont été appris dès le cp, par une maîtresse très compétente , qui utilisait la méthode des alphas à l’époque . Si je le précise c’est pour dire qu’elle avait une approche dynamique et moins conventionnelle que les autres enseignants, car  si aujourd’hui les alphas sont partout, il y a 7 ans ce n’était pas forcément le cas .

Donc , nos chers petits accents sont apparus sous des noms forts mignons

  • è : e casquette en bas , é : e casquette en l’air, ^ : chapeau chinois

C’est mignon sauf quand la maîtresse de ce1 continue etc…. de ce fait aujourd’hui encore quand on prononce accent circonflexe , Miss C à un temps d’arrêt . Alors oui , le chapeau chinois c’est sympa mais pas au détriment du véritable nom .

Afficher l'image d'origine

Mr N  (cm1), lui aussi à été scolarisé jusqu’en ce1, l’apprentissage de lecture, n’est en partie due qu’à son orthophoniste , car en cp il avait une maîtresse de lundi/ mardi et une autre jeudi/vendredi . J’ai constaté un gros décalage entre l’écrit et l’oral, chez lui .  Pour Mr N, les accents ça monte, ça descend ou encore notre satané chapeau chinois …. Par contre , comme j’ai commencé l’ief cette année là avec lui , j’ai un peu rattrapé le coup et donc il a bien assimilé que l’accent grave et l’accent circonflexe font : « ai », l’accent aigu fait : « ez » .

Mais encore une fois, le nom de l’accent et la forme écrite ne sont pas ancrés en lui .

Afficher l'image d'origine

Miss M (ce1), scolarisé uniquement en maternelle . C’est donc en ief, qu’elle a appris à lire et écrire , et donc avec moi qu’elle appris les accents . Quand ceux ci sont apparus je lui ai expliqué que les accents ne faisaient pas le même son . A l’aide de grimace et de tonalité je lui avais expliqué que l’accent aigu faisait « ez » et je prenais une voix très aiguë et je disais qu’ il était content, et pour l’accent grave une voix très grave et qu’il était très fâché , oui c’est tout con hein …

Puis mon doigt « gauche » (c’est important car ça donne le même sens qu’à l’écrit) montait pour l’aigu et descendait pour le grave  .  Avec elle j’ai toujours employé les bons termes pour les nommer et cela fait une énorme différence car pour elle il n’y a aucune confusion .

 

En résumé, oui on peut utiliser le langage imagé pour expliquer aux enfants mais les notions doivent être correctement nommées . Ils ne faut pas prendre les enfants pour des « billes », ils sont tout à fait capable de comprendre tout un tas de choses, de mots,de notions etc… Donnez du sens, une image pour aider l’explication ça oui  pour exemple les mots tête et fête : j’ai dit à mon fils que pour faire la fête il faut toujours un chapeau sur la tête , il ne l’a jamais oublié happy .

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s