8/20 pour être enseignant

Un article du Parisien datant de Novembre 2016, qui dommage n’a pas fait beaucoup de bruit , vient de nouveau expliquer comment en France nous avons une partie des enseignants au rabais .

En 2014 , la fabuleuse note de 4/20 , avait été attribuée à un candidat « reçu » au concours , en 2015 un peu de progrès puisque : dans l’académie de Créteil, le dernier recruté au concours de professeur des écoles a obtenu 8/20 aux épreuves . Oui pas foutu d’obtenir la moyenne mais reçu quand même .

Bon , soyons honnête , en IEF je le constate chaque jour , moi qui n’est pas ce fameux concours j’y arrive très bien . Beaucoup de choses , comme le stress , peuvent rentrer en compte quand on passe un examen et une note ne reflète pas forcément ce que nous vallons .  Je le conçois , volontiers .

Sauf que si vous avez cette note dans l’académie de Rennes, vous êtes automatiquement recalé,  par contre il semblerait qu’ à Créteil , ça soit suffisant !!! (désolée pour vous chers parents et enfants de Créteil et sa région)

Dissimulation

 « … à Rennes, où le niveau scolaire est parmi les plus élevés de France, seuls 20 % des postulants sont admis dans les écoles supérieures du professorat en primaire... » Sous prétexte de sous-effectif on met n’importe qui à la tête d’une classe, ailleurs !

Peut-être que cette personne sera très compétente , peut-être que sa note pourrie était totalement justifiée . Le drame qui se joue est terrible , puisque nous parlons d’enseignants de primaire , là où s’enseigne les fondamentaux, si chers à notre Ministre . Comment construire une scolarité correcte sur des bases bancales ?

Ce qui me dérange , c’est la dissimulation des faits , comment les parents le prendraient s’ils connaissaient le niveau du supposé enseignant ? Comment oser appeler ces gens enseignants  premièrement ? Puisque que parfois ils n’ont même pas passé le concours et sont juste titulaires d’un bac +4 , comme je l’avais vu lors d’un reportage ; où un architecte avait pris le poste d’enseignant en primaire . Le niveau scolaire ne suffit pas pour être pédagogue , être capable d’expliquer et d’enseigner certaines notions, de donner envie , n’a rien à voir avec le cursus scolaire , on peut avoir BAC+10 et ne pas savoir transmettre .

Hier lors d’un échange , on me disait qu’il valait mieux avoir quelqu’un que pas du tout dans certaines académies . Oui et non ! Ok , ça empêche d’avoir des gamins dans les rues , qu’ils fassent n’importe quoi mais pour finir il y a peu de chance que l’école les sorte  de leur  précarité sociale.

« les élèves en difficulté, des banlieues parisiennes défavorisées,«    Qui sont ces élèves ? Je vais extrapoler  et vous dire pour moi ce que j’imagine quand je vois une phrase comme ça :

  • défavorisé : classe sociale basse ! parents au chômage ,  ouvriers
  • élèves en difficultés :  dont les parents n’ont pas un grand niveau d’études
  • élèves des banlieues parisiennes défavorisées : des parents issus d’autres pays ne maitrisant pas parfaitement la langue française

Donc voilà de qui nous parlons , peut-être : je ne suis pas une spécialiste de la carte scolaire , je n’ai que les journaux TV pour me faire une idée et bien entendu il y a toute sorte de familles aux origines diverses . Ne prenez pas mes propos pour du racisme surtout , ce n’est pas le cas .

Donc ces enfants qui ne partent pas avec des facilités , vont avoir des enseignants de seconde classe, pour leur apprendre à lire et à écrire . Vous pensez vraiment qu’ils vont y arriver comme ça  ?  Pour moi ça revient à prendre quelqu’un de paraplégique , le mettre dans un fauteuil roulant et lui  dégonfler les pneus , ah oui il va se déplacer mais moins vite ,en se fatiguant plus , au bout d’un moment il va jeter l’éponge !

Ne disait-on pas , après le nouveau drame PISA/TIMSS , qu’une partie du fiasco du niveau mathématique vient des profs eux même , issus de la filière littéraire  et non scientifique , qui ne savent pas vraiment transmettre et enseigner les maths ?  Comment quelqu’un à 8/20 , va faire mieux ?

Injustice

Il y a de plus en plus d’enseignants qui démissionnent  , voir cet article ,ou celui là , forcément , eux qui se font « chier » à avoir un certain niveau, des connaissances , qui se forment à de nouvelles pédagogies pour l’amour de leur métier . Comment voulez vous qu’ils se sentent face à ça . Imaginez  l’enseignant qui a eu 13/20 à son concours à Rennes et qui n’est pas pris , ça reste une note assez correcte , et qui voit le 8/20 de Créteil obtenir un poste ?

Moralité rien ne sert d’être intelligent , il suffit de postuler au bon endroit !

Publicités

8 réflexions sur “8/20 pour être enseignant

  1. Académie de Rouen pour moi…
    L’enseignante de mon fils au CE1-CE2 disait elle-même être nulle en anglais, ne pas aimer la géographie. L’EMC l’ennuyait tellement qu’elle faisait quelques séances en fin d’année seulement et elle avait échangé son cours hebdomadaire de sciences avec sa collègue de maternelle de manière à passer un peu de temps avec des 3-6 ans (ce qu’elle affectionnait particulièrement). Pas de passé composé en CE1 : pas le temps car programme trop chargé. Pas de lecture à voix haute : pas de temps là non plus.
    Tu connais le « temps libre » en classe de primaire ? Mon fils oui. Cela consistait à dessiner pendant 45 minutes (véridique) dès l’entrée en classe du matin car la « maitresse » allait boire son thé avec ses collègues. Ensuite, vite vite du français et des maths pour le reste de la matinée.
    L’art plastique devait être son dada par contre car occupait une place privilégiée dans son programme.
    A la fin du CE2, j’ai descolarisé mon fils.
    Cette institutrice (adorée des enfants puisque passant son temps à leur faire des bisous-câlins), s’étant essayé au programme CM2 auparavant puis CE1-CE2 et s’apercevant qu’elle n’aimait rien de tout cela, est partie en classe de maternelle dans une autre école.
    Bilan : j’ai mis en place tout un programme littéraire pour palier aux lacunes de mon fils – il avait l’anglais, les sciences et l’EMC en horreur.
    Aujourd’hui il suit le niveau 6e. Il commence à apprécier l’anglais, il adore l’EMC et les sciences.La littérature et l’histoire sont notre dada donc pas de souci.
    Moralité ? Nous ne sommes pas plus mauvais enseignants que certains professeurs, nos enfants ne décrochent pas, ne s’ennuient pas et surtout oui SURTOUT nous n’hésitons pas à enrichir nos connaissances et remédier à nos lacunes pour eux.
    Aucun stress à mes yeux ne justifie un 8/20 pour un prof. Un élève qui a 8/20 au DNB est recalé.

    J'aime

    • tu n’aurais pas rencontré l’enseignante de ce1 de mon fils des fois , puisque l’année suivant elle était aussi en maternelle ou elle excellait

      nous cp/ce1 , en 3 mois que des leçon de cp principalement , super mon fils qui était en ce1 à fait de bonne révision mais n’avançait pas
      pour l’écriture ,elle donnait des photocopies très très foncées , pour copier des mots mais tu n’y voyais rien
      elle ne savait compter le célèbre 8+4=13 , entre autre
      adorait mettre mon fils dans le couloir ,elle avait même réussi à le dégouter des maths ,alors qu’il adore ça .

      Ou la maitresse de ce2/cm1 que ma fille à eu les deux ans et qui a osé donner la même dictée les deux années
      tant pis pour ceux qui l’avaient déjà eu l’année d’avant .
      Et pour l’anglais il a fallu 1 an avec moi pour qu’elle ai une prononciation correcte ,merci l’école ,encore une fois .

      J'aime

  2. Je trouve ce genre d’article dans les journaux toujours très démagogiques.
    Je n’ai pas l’expérience personnelle du concours de PE mais celle de l’agrégation et du CAPES. Les notations n’ont rien à voir avec celles du brevet ou du bac. Quand on a 8 à l’agrègation, ça veut dire que c’est pas mal du tout. Et même si d’excellents élèves obtiennent des 18, ce n’est pas parce qu’on a un 8 ou même moins qu’on n’a pas le niveau. La France a l’habitude de noter très sévèrement dans ses concours et de « sacquer » , ce qui n’est évidemment pas le cas à un examen.
    Le concours de PE n’a malheureusement que peu de rapport avec le quotidien réel d’un instit. On lui demande de savoir certaines choses qui ne lui serviront pas et on ne lui donne pas les bases de son métier par la suite. Je connais personnellement une personne qui a mis 10 ans à décrocher son concours, notamment parce que travaillant en remplacement, elle ne travaillait pas la partie « théorique » du concours autant qu’il le fallait pour bien « rentrer dans le moule ». Pourtant, elle se donnait à fond et faisait du bon boulot auprès des enfants… Une autre personne de ma connaissance, admissible après les écrits, a planté l’oral, notamment parce qu’elle a présenté une séquence de mathématiques en utilisant du matériel Montessori: elle s’est fait démolir…
    Alors tu vois, les notes du concours, ça ne reflète pas grand-chose du vrai travail d’un instit par la suite! L’amie qui a mis 10 ans à avoir son concours a dû répondre l’an dernier à la question suivante: « Si vous aviez une nouvelle école à construire, quels sont les points sur lesquels vous seriez attentive pour qu’elle rentre dans la démarche du développement durable? » Oui, tu as bien lu! On lui a demandé de répondre à une question qui concerne un architecte, pas un instit!
    Il faut également faire très attention aux chiffres et à la manière dont on les utilise. Le concours de PE est régionalisé. Quand on le réussit dans une académie, on obtient un poste dans cette académie et pas une autre (ce qui n’est pas le cas des enseignants du second degré qui peuvent être nommés n’importe où en France). Un certain nombre d’étudiants choisit donc la voie PE en partie pour la stabilité géographique et certaines personnes font le choix de s’inscrire au concours dans l’académie qui les intéresse.
    Certaines académies attirent donc plus que d’autre (climat, réputation…). Pas étonnant donc que la Bretagne ait un pourcentage de réussite plus faible: c’est une région où se présentent beaucoup de candidats parce que le Grand Ouest attire, les Bretons sont très attachés à leur territoire et souhaitent y rester, et il se sait que c’est une académie de tradition d’excellence scolaire (avec Nantes) donc avec des enfants qui « marchent bien » dans le système sans trop de problèmes.
    Je ne suis vraiment pas sure qu’il y ait beaucoup de recalés à 13/20, même à Rennes. 13/20 de moyenne, dans un concours, c’est pas un note « assez correcte », c’est plutôt bon. Et rien ne l’empêche de postuler à Créteil! Puisqu’il est bon, non seulement il va réussir, mais en plus ça fera un bon prof pour les enfants les plus en difficultés.
    De toute façon, comme c’est un concours régional, c’est normal que dans une académie où il y a beaucoup d’inscrits le niveau d’entré soit plus haut. Quand je passais l’agrégation, il était connu que le niveau de réussite de l’agrégation était plus élevé en Histoire qu’en Lettres Classiques: forcément, il y avait 20 étudiants d’Histoire à postuler par poste offert alors qu’en Lettres Classiques, nous n’étions que 6 par poste offert. C’est juste mathématiques…
    Enfin, je crois pas que notre niveau catastrophique en math soit dû au niveau des instits qui seraient plus littéraires mais bien au fait que les ESPE ne forment pas correctement à enseigner. Autrefois, les instits ne passaient pas leur bac. On les recrutait avant et il passait plusieurs années à travailler vraiment sur les programmes de l’école et les moyens de l’enseigner. C’était certes rigide, comme méthode. Mais les pays du Nord qui réussissent si bien sont ceux qui forment réellement leurs professeurs, ce que nous ne faisons toujours pas…

    J'aime

  3. Bonjour,
    L’Académie de Créteil est en fait Créteil-Versailles et hélas la notre . On n’a pas eu droit à la pause thé de 45 min , mais les échanges de cours oui, je te fais l’histoire -géo, moi le français , dans une classe double niveau CP/CE2 .
    Après on n’est pas surpris des classements primaire ou collège et lycée dans notre commune . Le lycée étant classé 42 ème sur 43 ème !!
    Martine42

    J'aime

  4. Je me réjouis que les notations du concours PE n’aient rien à voir avec celles du DNB ou du bac !
    Un 8/20 dans un examen demeurant néanmoins une note en dessous de la moyenne, doit-on être plus indulgent parce qu’il s’agit de concours post bac ?
    Est-ce faire preuve de démagogie que de dire que dans certaines académies on se voit reçu avec un 8/20 ?
    Quand il s’agit de pointer du doigt l’IEF personne ne parle de démagogie. Quand on nous pond un décret pour renforcer les contrôles de nos enfants, personne ne parle de démagogie.
    Si mon fils loupe ses tests on me dira qu’il n’a pas le niveau, pourquoi ne devrait-il pas faire l’objet d’autant d’indulgence qu’un candidat au concours de professeur des écoles ?

    J'aime

    • effectivement tu marques un point , on passe notre temps à se justifier
      oui on peut enseigner à nos enfants sans être enseignants
      non nous ne sommes pas des terroristes en puissances
      nous ne sommes pas fous et reclus

      oui nous faisons tout ceci sans être payé 1 centime

      J'aime

    • Oui, je trouve que c’est de la démagogie. C’est une manière de ne pas répondre aux vraies questions en se contentant de dire: « un certain nombre d’enseignants sont nuls, regardez les notes qu’ils ont obtenues au concours. Pas étonnant qu’on ait un niveau scolaire si bas! »
      Mais la réalité n’est pas là et même l’article l’évoque, notamment quand il dit:  » La question n’est pas tant de savoir si les professeurs sont bons, mais plutôt de savoir si le système leur permet de s’adapter aux défis d’aujourd’hui « . Autrement dit la formation.

      Je rappelle quand même que les postulants ont réussi un bac +4 et qu’on ne peut pas être admis à passer les oraux si on a moins de 10 à chacune des 2 épreuves écrites (français, math) qui ne comptent que pour 1/3 de la note finale. Les 2/3 restant étant consacrés à l’épreuve sur dossier, à l’entretien sur le sport (qui compte autant que l’épreuve de français ou de math!!! – le ministère écrivant noir sur blanc que l’EPS est le 3ème pilier de l’enseignement après les maths et le français…) et à l’entretien professionnel dont les sujets peuvent être totalement rocambolesques (cf l’exemple plus haut). Ceci expliquant qu’un admis peut avoir moins de 10.
      Donc, oui, j’en ai marre qu’on focalise toujours sur les notes (c’est bien français, ça! ) et qu’on ne traite pas le vrai problème de fond: nos résultats catastrophiques sont dû à un modèle scolaire inadapté. Il faut changer le modèle et il faut former les enseignants à cet autre modèle.

      Et bien sûr que oui, le nouveau décret sur l’IEF est purement démagogique! On prétend résoudre le problème de la radicalisation par le contrôle de l’IEF, supposément nid à radicaux. C’est du grand n’importe quoi! Comment faire croire qu’on agit tout en essayant de couper les têtes qui sortent du rang… C’est tout bénéfice pour eux, ils font d’une pierre deux coups!

      Je n’apprécie pas le travail de ce gouvernement en matière d’éducation, mais je n’aime pas qu’on confonde tout! Je trouve que l’article du Parisien caresse les gens dans le sens du poil et endort les vraies revendications (quand va-t-on faire autrement à l’école?). Je préfère de beaucoup l’article que le monde a consacré au sujet en septembre (http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/09/22/concours-de-professeur-des-ecoles-ou-est-il-le-plus-selectif_5002024_4401467.html ) . Je trouve l’info plus honnête.

      Et je ne pense pas qu’on pourra un jour gagner la bataille de la légitimité de l’IEF en disant: « mais bien sûr qu’on est capable d’enseigner, puisque même des candidats ayant 8/20 peuvent réussir le concours. » C’est un procédé qui ne me convient pas, désolée…

      J'aime

  5. Je ne prétends pas et je ne crois pas que les autres personnes qui pratiquent l’IEF prétendent être capables d’enseigner dans la mesure où il arrive que des candidats soient reçus avec une note inférieure à la moyenne au concours de PE.
    Je dis seulement que s’il ne faut pas tout réduire à une note lors d’un tel concours alors il ne faut pas non plus faire de la démagogie nous concernant.
    Lorsque j’entre en contact avec un groupe de professeurs qui mettent à disposition des manuels de maths gratuits en ligne et que je leur demande s’il est possible d’avoir les corrections, lorsque ces mêmes professeurs me répondent fiers d’eux que si je pratique l’IEF c’est que je maitrise les maths et que si je maitrise cette matière je n’ai donc pas besoin de corrections, que dans le cas contraire j’ai une autre possibilité à savoir inscrire mon fils dans une école où l’on saura lui enseigner ce qu’il doit savoir, je dis qu’un article comme celui dont nous débattons est un coup de pied dans le panier de crabes.
    Que les professeurs cessent de considérer les parents instructeurs comme des ignorants prétentieux et se remettent aussi un peu en question ne peut pas leur nuire, au contraire.
    Ils ne sont certes pas tous mauvais mais de là à leur distribuer des auréoles…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s